Sujets de réflexions

Des informations thématiques qui vous aideront à mieux comprendre ce qu'est le Manufacturing Execution System (MES), sa position dans l'entreprise, son interaction ou sa complémentarité avec d'autres outils de gestion au niveau de la production comme les logiciels de supervision industrielle (SCADA) ou les progiciels de Gestion Intégré (ERP).

Retrouvez aussi des informations plus générales relatives au monde de l'informatique industrielle, de l'entreprise, aux sujets tendance comme par exemple le contrôle industriel ou le Cloud Computing, ou le choix des langages de développement.

Au travers de ses 11 fonctionnalités, le MES est au coeur de votre atelier et intervient à chaque étape de votre production en répondant précisément aux besoins des différents acteurs.
En permettant à l'opérateur de disposer de la bonne information au bon moment, de déclarer en temps réel les aléas de production et en l'allégeant dans la saisie manuelle des informations, le MES lui apporte une souplesse et un confort de travail inégalés.

Le Takt Time est un terme d'origine allemande que l'on associe généralement au Lean Management et qui est employé dans le secteur de la production industrielle. Il désigne la durée idéale de production d'un bien, définie pour répondre exactement à la demande du client. Elle peut être expripmée en secondes, en minutes, en heures...tout dépend du besoin client.

Avec l'avalanche de technologies qui envahit maintenant l'industrie dans le cadre de ce qu'il est convenu d'appeler l'Usine du Futur - Impression 3D, Cloud, Big data, IA, IoT, Réalité virtuelle, Jumeau numérique, etc - il ne fait pas de doute que l'industrie est appelée à connaître dans les années qui viennent de multiples changements.

Le débat sur la ligne de partage entre ERP et MES, certes variable suivant les process et même suivant les choix de l’industriel, va rarement au delà de l’arbitrage des responsabilités sur la gestion des stocks d’ateliers et les recettes de fabrication des produits. Dans quatre-vingt quinze pour cent des cas, l’ERP fournira au MES une liste d’ordres de fabrication que le MES aura pour tâche d’exécuter, en maitrisant le déroulement des opérations et leur traçabilité, fournissant en retour à l’ERP les consommations de matières, la performance de production et la qualité des produits fabriqués.

Le Lean Manufacturing a connu une diffusion indiscutable ces dernières années, porté par le succès initial de ses méthodes dans l'industrie automobile japonaise, mais aussi par un climat de restriction budgétaire, où l'idée de faire "maigre" (lean) ne pouvait qu'être bien accueillie. Avec l'objectif de faire simple et efficace, le Lean Manufacturing a d'abord été vu comme l'ennemi naturel des systèmes informatiques lourds et coûteux, catégorie dans laquelle on pourrait ranger à tort les systèmes de Manufacturing Execution System. Mais Lean et MES sont-ils réellement ennemis ?

La dématérialisation ou zéro papier, c'est le remplacement dans une entreprise des documents papier par des fichiers informatiques et la gestion numérique des flux de l'ensemble des données (échange, stockage, archivage...). Objectif irréaliste pour certains, inévitable pour d'autres, la tendance qui semble se dessiner à l'heure actuelle est bien celle d'une suppression progressive des supports matériels.

D’environ une dizaine au début des années quatre-vingt, les langages informatiques se sont multipliés et leur nombre dépasse aujourd’hui largement la centaine. Ils font l’objet d’une littérature abondante qui a conquis sa place dans les rayonnages des grandes librairies aux côtés des mathématiques, de la physique, de l’économie, de l’histoire, de la philosophie et des sciences humaines.

La plupart des intégrateurs de notre secteur considèrent que la mise en oeuvre d'une solution intégrant un moteur batch entraîne à la fois des coûts de licences beaucoup plus importants et des charges de développement plus lourdes. Aussi, sauf si l'utilisateur final demande un "moteur batch" ou une "conformité ISA-88", ils préfèrent réaliser bien souvent des développements spécifiques complémentaires, sur la base d'un superviseur, dont ils n'utilisent que le mécanisme de recettes. Cela est-il justifié ?

La plupart des solutions de MES mettent l'accent sur un indicateur très populaire, le TRS (Taux de Rendement Synthétique). Intégrant dans un nombre de 0 à 100 des événements de production aussi divers que les arrêts imprévus, les rejets pour non qualité, les baisses de cadence des machines et leur impact sur la productivité, le TRS (appelé OEE pour Overall Equipment Efficiency par les anglosaxons), apparaît comme l'indicateur de performance universel par excellence, et donc la mesure ultime d'un MES, dont le but est après tout l'augmentation de la performance de production.
En suivant ce raisonnement, le MES se
© 2020 Ordinal Software. All Rights Reserved. Mentions legales et politique de confidentialité