Le MES, bien autre chose qu'un changement de plus

Avec l'avalanche de technologies qui envahit maintenant l'industrie dans le cadre de ce qu'il est convenu d'appeler l'Usine du Futur - Impression 3D, Cloud, Big data, IA, IoT, Réalité virtuelle, Jumeau numérique, etc - il ne fait pas de doute que l'industrie est appelée à connaître dans les années qui viennent de multiples changements.

Le MES, bien autre chose qu'un changement de plus

Des changements ayant des impacts différents

Mais tous les changements ne sont pas égaux. Certains peuvent être simples dans leur principe, comme par exemple changer un type de machine, ou une technologie de communication par une technologie plus rapide, et pourtant entraîner des couts très importants, parce que l'ensemble du matériel (machines, connexions, routeurs, serveurs,...) doivent être modifiés.
A l'inverse, il est des changements profonds, qui peuvent transformer positivement le fonctionnement et l'efficacité d'une partie de l'entreprise sans entraîner de coûts exorbitants. En revanche, ces changements nécessitent souvent une préparation et un accompagnement adéquat. 

Le MES, porteur de la transformation numérique

La mise en place d'une solution MES appartient à cette seconde catégorie. Même si l'on peut commencer par une étape simple, comme la mise en place d'une mesure d'indicateurs de type TRS, le MES peut aller beaucoup plus loin et supporter complètement la transformation digitale de l'usine vers une continuité numérique. Un tel projet ne se limite donc pas à fournir aux managers un état temps réel de la production et de son niveau d'efficacité : il transforme le quotidien de l'ensemble des acteurs de la production, en particulier des opérateurs.

Les gains potentiels associés à la continuité numérique et à l'agilité de l'atelier qui en résulte : limitation des erreurs, réduction des temps de changement de gamme, anticipation des situations critiques, prévisibilité de la production, etc. sont immenses et très largement supérieurs à ceux amenés par la mesure "comptable" de la productivité. Encore faut-il déplacer dans l'esprit de l'ensemble des acteurs de la production le système MES de la case "tâches supplémentaires" à la case "aide réelle à la production" puis à la case "comment a-t-on pu faire sans ?".